Démarche artistique

Pendant plusieurs années j’ai travaillé l’argile et le cuivre.

Au tournant du 21e siècle, j’étais à la recherche d’un matériau original qui me permettrait de matérialiser ma pensée créative en une œuvre d’art abstraite, moderne, inédite et sans aucun repère connu à ce jour dans le milieu de la sculpture. Je cherchais un matériau qui pourrait à la fois me permettre de rencontrer mes objectifs de créateur, plus précisément me surprendre, me dépasser, mais également interpeller les spectateurs, les collectionneurs, les amateurs d’arts moderne en quête de nouveauté. Je rêvais d’amener le public à découvrir mes sculptures, interagir avec elles lors d’expositions et de visites de mon atelier, à se questionner sur leur forme, leur esthétique, leur design, leur potentiel décoratif, leur nom (Mandragore, Viva Galilée, Saltimbanco…). Je voulais également un matériau permettant à certaines de mes œuvres de se révéler aux yeux des amateurs d’art sous plusieurs apparences lorsque retournées sur elles-mêmes et, à l’occasion, leur raconter une histoire (voir Dorsalités Marines). C’est l’étain qui m’a offert cette possibilité.

Pourquoi avoir choisi de sculpter ce métal tout droit sorti du Moyen-Âge, longtemps dissimulé sous l’appellation de « tain » derrière nos miroirs ou autres utilisations plus domestiques ? Parce que ce métal, à priori suffisamment malléable, n’est pas aussi facile à travailler qu’on pourrait le penser. Il m’offrait la possibilité de relever de nouveaux défis, d’exprimer mes pulsions créatives, d’innover, d’expérimenter. J’ai ainsi pu, en métamorphosant la tôle d’étain en œuvres d’arts originales, développer une nouvelle approche technique du travail de ce métal ancestral.

Cette technique qui m’est propre, à savoir par pliage, à la seule force de mes mains, et martelage, ressemble en fait au travail de l’alchimiste, qui transforme la matière pour lui donner formes et sens.

Tout au long de ce processus créatif, pendant lequel j’ai laissé libre cours à mon imagination, je n’ai jamais perdu de vue mon engagement de créateur envers l’amateur d’art et le collectionneur chevronné. Je leur ai ainsi proposé, au fil des années, une œuvre d’art abstraite originale (1/1) qui remplit son rôle d’agrémenter leur milieu de vie ou de travail, ou encore celui de leurs amis.

Tout au long du processus de création, je garde en mémoire l’objectif premier que je me suis fixé, à savoir que mes sculptures procurent à leurs acquéreurs autant de plaisir et d’émotions que j’ai ressenti en les façonnant.

Acheter le travail d’un artiste vivant, c’est non seulement partager son amour de l’art avec lui, mais aussi lui permettre de continuer à créer tout en investissant dans la pérennité de son œuvre.